Hospice Guislain

 

Joseph Guislain, médecin et bâtisseur de cet ancien établissement psychiatrique était convaincu que  l’architecture d’un hôpital devait  contribuer à la  guérison de ses patients par la propagation de tranquillité, liberté et sécurité.

Joseph Guislain était fils d’architecte. Il a rompu  avec la tradition familiale pour devenir médecin, recourant à l’architecture comme remède.  Au début de sa carrière, il a remporté  un prix de  la Société Bruxelloise des Beaux-Arts avec le projet d’un hôpital pour aliénés. Vers la fin de sa carrière , il a construit à Gand l’hôpital qui porterait son nom après sa mort.

Jusque tard dans leXIXe  siècle, les aliénés étaient hébergés dans des bâtiments abandonnés pour lesquels on ne trouvait plus d’autre destination. Ce n’est qu’en 1857 que l’hospice du docteur Guislain a accueilli ses premiers patients. C’est la première institution de Belgique à avoir été construite tout exclusivement pour le séjour des malades mentaux. De plus, elle avait été entièrement conçue pour répondre aux directives d’une approche morale. Guislain était convaincu que ce  bâtiment contribuerait à la  guérison de ses malades. Il s’est donc occupé   du  projet jusque dans les moindres détails. L’implantation à la campagne, la galerie en plein cintre, les balustrades ornementales et les rampes d’escaliers hautes, tout cela servait un seul et même but thérapeutique :  revêtir une atmosphère de  quiétude, de liberté et de sécurité. Pour  cette raison  les bâtiments n’avaient que deux étages, possédaient des cours intérieures et étaient entourés de jardins et de champs. Même si une telle implication de l’architecture dans le processus de guérison était complètement neuve en Belgique, quelques exemples du genre étaient connus dans d’autres pays européens. Et notamment, l’agencement géométrique du plan, avec pavillons placés de part et d’autre d’une cour intérieure rectangulaire se terminant par des arcades ouvertes, apparaît dans d’autres hôpitaux pour malades mentaux du XIXe siècle.

L’hôpital Guislain était à son époque figure de modèle à son époque et a attiré  des visiteurs des quatre coins du continent. Depuis les années 1990 , les  soins psychiatriques quotidiens ont déménagé vers un nouveau bâtiment, toujours  sur le même site ; l’ancien hospice, lui, a été en grande partie transformé en musée.