L'art outsider

 

Les univers de l’art et de la folie sont étroitement liés. Les artistes contemporains représentent à leur propre façon ce qu’une maladie mentale peut signifier. Ils montrent la fragilité de la condition humaine et examinent la différence entre ‘normal’ et ‘anormal’.

Gerard Van Lankveld Gerard Van Lankveld

Le terme art brut ou ‘outsider’ désigne l’art spontané des artistes œuvrant hors les normes,  en marge du circuit professionnel ou de la société. Il peut s'agir de patients psychiatriques, de personnes aux facultés intellectuelles limitées, de personnes vivant de manière isolée et trouvant difficilement à se caser dans la société tout autant que de ludiques créatifs prenant le contre-pied pour donner d'autant mieux libre cours à la singularité indomptable de leur expression artistique. 

Willem van Genk Willem van Genk

L’attention portée à ces singuliers artistes trouve ses origines dans deux sources : d'une part la découverte de l'art ‘naïf’ et d'autre part la psychiatrie. C'est en 1928 que l'historien de l’art Wilhelm Uhde exposait à Paris ‘Les Peintres du Cœur sacré’, qu'il avait eu soin de collectionner à partir de l’an 1912. En 1922 déjà, le psychiatre et historien de l'art Hans Prinzhorn a publié  Expressions de la folie (Bildnerei der Geisteskranken), rassemblant quelque 5000 œuvres de patients psychiatriques. Cet ouvrage n’était  pas sans inspirer de nombreux artistes dont Jean Dubuffet qui a lancé  le terme ‘art brut’ en le préférant aux arts ‘intellectuels’. Le concept a été notablement élargi par l'adjonction depuis les années 70 de ce que les Anglo-Saxons désignent sous le terme d‘ ‘outsider art’.

Les artistes de cette mouvance font dans leur expression plastique montre d'un talent, d'un imaginaire et d'une créativité authentiques. Leurs œuvres se démarquent complètement de l’art professionnel, des formations et styles traditionnels. Leurs remarquables toiles, sculptures et installations sont en état de  toucher un large public.

Dirk Martens Dirk Martens

L'œuvre de ces ‘singuliers’ ne peut être placée sous un dénominateur commun. Certains ‘content’ leur histoire en artistes créateurs de leur propre univers sous l'emprise d'une impulsion fébrile. Quelle que soit l'intention de départ, l'expression se fera toujours sans la moindre hésitation, pour se faire d'autant plus percutante et convaincante.